Sur les Routes de l'Errance

from by Filon d'Art

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      $1 CAD  or more

     

about

Sur les Routes de l’Errance c’est la progression du phénomène d’errance vers l’état d’itinérance. L’individu traverse certaines épreuves événementielles qui l’amènent à s’éloigner des structures sociétaires. Par le fait même, certains passants bien nantis font abstraction de cette détresse humaine, ce qui fait place à l’illusion d’une urbanité bien portante.

lyrics

Zercos :

Gère pas la crise de mes nerfs
Je suis pas à l'article du cimetière, vis tes rêves
Ce que je n’aime pas, j'l'écris sur mes lèvres
Suite aux abus, la résolution entérinée
Le produit ré-étiqueté quand l'an sera périmé
Ça veille tard pour les pétards, les kids compilent les clés-de-bras
« Plus vieux, le crime te paiera », ils craquent au pic de leurs pénales
Sous tension, au prochain manquement ton père te kick out
Genre une panthère au P.E.T.A.
L’état a beau sermonner, l'économie s'est fondée
Dans la violence, un à un, elle a vu les corps s'effondrer
La mort rapide, si le monde court, c'est le prix à perdre
Tout ce qui se dilapide un jour sera mis à terme
Passons l'absence de coït, soudainement ex-copine
Du volant de son bolide à sa tombe éponyme
Son heure venue, on remémore ses actes d'héroïsme
Bande d'hypocrites, c'est devenu rare que les joues rougissent
Apparence oblige, la conscience j'oublie ça
Face à la blouse blanche, même les peaces obéissent
Une folie digne d'Ibiza, Pauline bling sur l’Île-Bizarre
L’opacité de nos déguisements cache les rides du visage
La paix se militarise, manif milite à risque
Limite, c'est dans le sang que les barbares se gargarisent
Sans Rizla, tu ris pas, sans se soucier de ceux qui partent
Insensée, la SAQ investit dans des caisses de Ricard
Si ça brasse dans Montcalm, tu pointes le coin Bourlamarque
Tu penses que la délinquance réside pas dans des beaux apparts
C'était pas prévu que Rosa parque son cul à l'avant
Non pas comme les tours en cendres, au départ d'aucune allégeance
Mais à force d'humiliation, offre sa vie en sacrifice
Te couvre d'admiration, l'éloge est sarcastique
Une pensée pour la vieillesse des résidences les plus sadiques
Les portions qui les nourrissent sont rachitiques
On marche à dix parmi la foule, on n’est pas prêt d'abdiquer
On résiste car l'équipe a la sagesse de l'équité
Pendant que le reste de la planète s'est équipée sur eBay
J'ai toujours pas pu être crédité
Banksters néo-pirates, ça s'adonne au pillage
L’équipage se mutine en ligne de piquetage
Situation délicate, à s'unir c'est efficace
Va pas te demander pourquoi les MC multiplient les dédicaces
Une douce jeunesse à jouer dans les pistes d'hébertisme
Pour s'retrouver à se geler au pied de l'église, c'est qu’elle est triste
La nuit est redevenue désertique
Chaque hiver, un chapitre termine, le choc est thermique
À la sortie des bars, t'as que la lueur des réverbères
Pour te soutenir l'humeur quand c’est le chaos a l'intérieur
Pris à l'extérieur, tu pries pour que l'été revienne
La magie, attends pas qu'elle intervienne
C’est dans les fables que ça vire en merveille
Pour l'instant, t'es à l'étape de la vie envers laquelle
T’as la haine de ne pas la « ken »
T'enfle pas la tête, ça en vaut pas la peine, elle t'envoie balader
J’ai dormi à la belle étoile de mon label
À me dire que l'amour est tel que la roue qui tournait
La pomme qui chante est prête à croquer
Tu trouveras bien quelqu’un pour te la raconter, O.K.

Louf*ck :

Même s’il croise des coins sereins
Tard le soir, les points serrés
Il marche et se rassure que personne l’a suivi
Il stresse dans la city
Tous des dingues sur l’acide
Et il reste sur ses gardes
Car des regards il est la cible
Son chemin se dessine à la presse hallucine
Presque personne de lucide
Dans le fond tous insane
Ceux qui veulent ses cennes
Sont les mêmes qui piquent un somme
Sous la couette de la consommation
Le prennent pour ce mécène
Le peu de cash qu’il possède, c’est avec ça qu’il s’assomme
Same old same à la semaine, il embrasse le ciment
Les gens passent, le laissent dans le silence
Se cassent, accélèrent le pas et pensent à autre chose
Parce que ça jure dans le décor
Moi je vois l’angoisse du passant qui pensait que ça n’existait pas
Dis-moi … Par où tu passais dans le passé pour que ça te dépasse
Le voile de ouate vient qu’à me corrompre
Et soit, on souhaite que ça s’arrange
Mais toi, tu fais quoi
Lorsque tu vois le désespoir
Ce qui s’en suit pense à soi
Ça s’essuie les mains de soie
Sur la veste souillée de celui qui sollicite
Et si seulement c’était le seul ici
Resterait sa solitude
Un problème qui est sans issue
Seul, il est le sans le sou, on sent qu’il ressent et souffre
Songe à son dernier souffle, je parle de suicide
Affaissé au pied du bloc, le clodo continue de quêter
Accoté sur le cadre de porte, le proprio call l’enquêteur
Locataire qui est en pétard, « collez-le à l’hôpital
Amenez-le donc au mitard parce qu’ici y’a des gens qui dorment »
Est-ce possible dans la capitale?
D’Youville demande au Capitaine
Combien d’entre eux capitulent
Se tapent les murs qu’on capitonne
Te prennent pour une banque à pitons
De Saint-Sauveur au Capitole
Sur leur pancarte en carton
« Je veux manger » en lettres capitales
Je parle de ceux qui s’apitoient
S’assoupissent sous le tapis de toile
Pas besoin d’s’ouvrir les paupières
On voit que t’es pas happy, toi
Que de la pitié pour pitance qu’on laisse sur son appétit
À la pièce intermittente, tiens, mon change, apprécie
Aujourd’hui, c’est tant pis pour ceux qui rampent
Faut remplir son ventre avant de penser à la panse d’autrui
On joue à l’autruche, on s’occupe de nos trucs
C’est par ego trip, pas par amour propre
Qu’on est malotru face aux mal pris
Qui est mal-en-point et a mal aux tripes
On n’a point de mal avec le mépris
Loin d’être philanthrope
Son vécu se résume à quelques écus qui se décuplent
Pas de billet, plein d’écume mais plus de la bile dans la vésicule
Vas-y voir, saisis que l’image qu’on te véhicule
N’est pas celle de la vie d’adulte caduque passée sous le viaduc
Cette ville se félicite d’aider les sans domicile fixe
Nous prend pour des imbéciles, je les vois arriver du B.C.
Besoin d’aide au p.c., plus que de la compassion
Sommes-nous donc trop pressés en tant que simples passants

Je me demande, mais où va dont tout ce monde
Sur les routes de l’errance, Filon d’Art

credits

from L'Erreur est Urbaine, released May 25, 2012
Titre : Sur les Routes de l’Errance
Mc : Zercos et Louf*ck
Scratch : DjUknow
Compositeur : Filon

tags

license

all rights reserved

about

Filon d'Art Quebec City, Québec

contact / help

Contact Filon d'Art

Streaming and
Download help